Qui je suis

Je m'appelle Alice, et je suis une passeuse, une connecteuse, une semeuse ! J'ai longuement vécu en Amérique du Sud où j'ai poussé des racines, trouvé un clan, découvert des traditions que j'emporte avec moi partout : la musique et le chant, le tambour, l'art de vivre ensemble, d'honorer la nature, les ancêtres, de se réunir en cercles de femmes... Par ailleurs j'ai été enseignante, je suis formée à la CNV (Communication NonViolente) et je me forme actuellement à la musicothérapie. Aujourd'hui, en plus de la musique que j'offre en concerts au sein du groupe Lúceras notamment, je propose des ateliers et accompagnements individuels pour se libérer par la voix, prendre soin de soi par le son, oser s'exprimer, trouver et laisser émerger sa propre vibration... J'offre aux autres ce qui me fait vivre et fait battre mon coeur : la transmission, la musique et la dimension thérapeutique.

Ma discipline et mon approche

Les outils par lesquels j'accompagne sont une interprétation personnelle de ce que j'ai appris, la transmission vivante et amicale de ce qui m'anime : la libération par la voix et le chant, la communication non violente, les cercles de femmes.

J'ai vécu plusieurs années en Amérique Latine et notamment en Argentine, auprès des communautés Koya. Mes amis Amérindiens m'ont fait découvrir "El Canto con Caja", la tradition musicale désignée par l'espagnol "Coplas". Dans leurs communautés, le chant est une dimension naturelle de l'être, il fait partie de la vie quotidienne, tout le monde chante, la question de "savoir chanter" ou de "chanter bien" ne se pose pas. Chanter, c'est s'exprimer et entrer en lien. L'intime s'exprime dans le chant collectif : l'amour, l'amitié, la tendresse peuvent se dire à travers les moments de chant, mais aussi les blessures, la tristesse, les peines. Le répertoire est traditionnel, ancestral, mais vivant, actuel et évolutif. Une nouvelle génération crée sur la base des chants et rythmes traditionnels, notamment beaucoup de chants engagés dans la lutte des peuples pour leur autonomie, le droit de rester sur leurs terres et le respect de leur héritage, mais aussi pour l'égalité des sexes. En y mêlant les musiques plus modernes, ils font fusionner les influences musicales pour donner encore plus d'ampleur à la transmission des messages fondamentaux de leur culture.

Dans le vivre ensemble, le chant est central. Il est présent dans le contexte de la séduction, du jeu, entre des amies entre elles à l'heure du maté, dans les fêtes de village, les cercles de femmes lors des  pleines lunes, les cérémonies de solstices, les rituels de bienvenue au tambour... et toujours dans une dynamique très horizontale, en cercle : chaque personne chante à son tour et tous répètent. Ainsi quand j'exprime quelque chose, l'autre le fait sien, le reformule... c'est au fond la base de la Communication NonViolente ! C'est un processus très fort, dans lequel on vit parfois de véritables thérapies de groupe.  

J'y ai appris également à honorer "La Pacha", la Vie, Pachamama, la Terre Mère, première personne dont on doit prendre soin. Lorsqu'on s'abreuve d'une boisson, on en verse un peu sur la terre, à chaque fois qu'on chante, on remercie, on se reconnecte à la terre... Le parfum du Palo Santo, qui pousse localement, est omniprésent, là tous les jours pour purifier les personnes, le tambour...  Je reste très liée à cette terre, par le contact avec mes amis, et par ce que je transmets aujourd'hui ici.

L'accompagnement que je propose est né de l'amitié ! Ce sont les demandes que mes amis m'ont faites qui ont fait naître les cercles, les ateliers, comme par exemple le groupe de chant et tambour. J'y ai répondu par envie de partage, de manière très naturelle... Je ne pensais jamais faire de ce chemin un métier ! De même l'accompagnement individuel qui a démarré par la CNV : mes amis étaient curieux que je leur transmette en petit groupe ce que j'avais appris, puis des personnes m'ont demandé à travailler seules sur des problématiques intimes, pour aller plus loin en sécurité.

J'accompagne avant tout le "dire" et l'expression de soi, centrale dans le chant comme dans la CNV, comme dans les cercles de parole ou de femmes. Dans les Andes, tout le monde est chanteur et musicien car on ne chante pas pour chanter juste, on chante pour exprimer, libérer quelque chose, honorer, remercier, se connecter. Des choses se disent en chantant que l'on ne saurait pas dire en parlant. Par ailleurs, le chant est une aptitude naturelle du corps, qui permet une puissante connexion à soi. C'est une vibration qu'on peut ressentir très simplement... Rien d'autre qu'une vibration, interne si l'on veut la ressentir en soi, externe si on veut l'offrir à l'autre... Enfin le tambour est toujours présent avec moi. Il permet de rester connecté à la terre, de donner la pulsation. Rassurant, il habite l'espace, met en confiance, permet d'oser faire décoller la voix sans qu'elle soit seule et nous met dans la même "sintonía", à deux comme en groupe. 


Mon parcours

Dans mon premier métier j'ai été professeure d'espagnol, en collèges et lycées en France ainsi que professeure de français en Espagne et Amérique latine en maternelle, en école de langue et à l'université. J'ai été passionnée par ce métier, le métier d'enseignante. J'ai toujours proposé du matériel pour donner envie de parler, faire sortir des choses qu'on a envie de dire, dans des logiques horizontales, d'être humain à être humain. Je me suis formée à la CNV pour accompagner mes élèves d'Aubervilliers, révoltés et souvent violents.

J'avais choisi d'étudier l'espagnol parce que mes racines familiales sont nomades, cosmopolites. Je sentais la connexion avec la terre d'Amérique du Sud. Mon chemin m'y a conduite, j'ai appris à aimer ce que j'étais dans le regard de l'étranger, l'appréciation des différences. La dimension politique de revendication des racines traditionnelles amérindiennes s'accompagne d'une fierté pour ses musiques. Au départ c'est par engagement militant auprès de mes amis des communautés Amérindiennes que j'ai commencé à chanter avec eux et appris le répertoire : on allait chanter sur les places publiques, les marchés. J'ai également découvert le tambour, la base du chant dans cette tradition andine.  La dimension thérapeutique m'est apparue plus tard, lorsque j'ai eu besoin de me soigner. En quittant l'Argentine pour vivre à Paris en tant que professeure d'espagnol, j'ai fait le choix de mon travail, j'ai écouté ma raison, non mon cœur et j'ai développé une affection inflammatoire rare, pour laquelle la médecine avait peu de réponses. Mon côté "battante invincible" a pris une leçon, ce fut un long chemin d'acceptation, qui m'a remise à ma place et appris l'humilité. Je me suis tournée vers des naturopathes, des thérapeutes, vers le travail psychologique. J'ai fait de merveilleuses rencontres, on a fait un très beau travail, qui a pris le temps qu'il fallait. J'ai appris beaucoup de choses, à commencer par l'écoute de moi, de mon cœur, de mes émotions.  Ma vie a changé, dans le soin de moi, l'attention à mon corps, mes cycles, mon alimentation, à mes émotions, pour soigner mon terrain inflammatoire. C'est ce vécu, peut-être avant tout, qui me permet aujourd'hui de comprendre les difficultés de l'autre, de l'accompagner dans son dire. Les formations permettent de pousser la réflexion, d'enrichir mes propositions, d'inspirer confiance. J'ai suivi de nombreux ateliers sur toutes les thématiques qui m'intéressent, œuvré dans différentes organisations, mais mon enseignement premier, c'est la vie...


* Texte de Méline Engerbeau - Article intégral : https://www.holom.fr/praticiens/285-musicotherapie-cnv-expression-de-soi-bordeaux-alice-parisi - Photo de Gilles Avrine

Transmissions, apprentissages et formations reçues :

De 2012 à 2017 - Cercles de parole et cercle de femmes (Argentine et Paris) 
 

De 2012 à 2015 - Cercles de chant avec le groupe ancestral amérindien Acoplase (Argentine) 

2013 - Formation en Communication NonViolente au sein de l’Éducation Nationale (Académie de Versailles)


2017 - Séminaire en Communication NonViolente avec Thomas d’Ansembourg, auteur, thérapeute et formateur (Belgique).


2017-2018 - Cours de chant avec Sandra Rumolino, chanteuse de Tango et professeure de chant argentine (Bordeaux)


2018-2019 - Cercles d’improvisation vocale avec Mara Szachniuk, chanteuse et professeure de chant argentine (Bordeaux)


2019 - Formation "Introduction à la Musicothérapie" à l’AMBX (Atelier de Musicothérapie de Bordeaux)


 À partir de 2019 - Cours de chant au sein de la chorale de femmes Les Gardiennes de la Terre (Bordeaux)